Vous êtes ici

Mélanie Lesbats et Kevin Sillam, Et..Ondes particules (2010)

Responsables : Claude Cadoz, Annie Luciani
Titre : Et..Ondes Particules
Responsables : Annie Luciani
Intervenants : Kévin Sillam Mélanie Lesbats, Annie Luciani

Et…Ondes Particules est un travail artistique réalisé par Mélanie Lesbats et Kevin Sillam. Il se fonde sur des techniques et concepts scientifiques du laboratoire ICA et de l’ACROE et a bénéficié du conseil artistique d’Annie Luciani, fondatrice du procédé de « gravure dynamique » utilisé dans ce travail artistique. Il est également le fruit d’une collaboration avec l’école d’art EESI dans le cadre du projet Créativité Instrumentale.

Le travail proposé porte sur une interprétation de l’écho en tant que manifestation de la propagation et du retour d’ondes dans un milieu fluidique engendré par un élément source qui laisse son empreinte. Cette interprétation nous a permis de transposer l’écho qui est un phénomène de nature sonore en phénomène de nature visible. Dans cette installation interactive, le mouvement du spectateur lorsqu’il rentre dans l’espace de la scène est rendu visible par des ondes qu’il produit, comme un écho à son geste. Celui-ci est ainsi comme absorbé ou réfléchi par un milieu éponge variable et programmable. Ce principe de transformation rend visible l’échange d’énergie à laquelle nous ne sommes généralement pas attentif dans notre expérience quotidienne du monde entre nous et le milieu dans lequel nous évoluons. Notre interaction constante avec le monde, avec les hommes, se manifeste par des phénomènes non volontaires comme le fait que, lorsque nous marchons à deux, nous nous synchronisons pour marcher d’un même pas. De même, lorsque nous traversons un couloir, le fait que nous ne nous heurtions pas indique que quelque chose passe entre nous. Il s’agit d’une interaction de distance, mais néanmoins, réelle, qui est tout à fait modélisable dans des univers virtuels.

Ce travail présente trois niveaux d’interaction. Le premier est l’interaction entre le spectateur-acteur et une matière calculée représentant le milieu dans lequel le spectateur-acteur évolue. Le mouvement de ce dernier est capté par des caméras et interprété par la simulation numérique comme un marqueur numérique qui laisse son empreinte sur la matière calculée. La seconde interaction se manifeste par les interférences des ondes produites par la substance calculée. En effet, cette matière calculée est en interaction permanente avec elle-même. La troisième interaction se situe entre deux spectateurs placés simultanément dans l’espace de la scène. Celui-ci est scindé en deux espaces de capture, de part et d’autre de l’espace de gravure dynamique. Ainsi, les interférences entre les ondes résultent soit d’un seul spectateur venant marquer la matière calculée, soit de deux spectateurs.

Le titre, Et .. Ondes Particules, cherche à illustrer l’ambigüité entre ces deux manifestations d’une interaction. Dans ce projet, les particules ne sont pas visibles, mais elles génèrent des ondes qui seules sont, elles, visibles. Ce travail utilise l’outil de création nommé « gravure dynamique » initié par Annie Luciani et développé par Kevin Sillam dans son travail de recherche. Ce procédé consiste à attribuer à chaque pixel deux masses dont l’une est fixe, l’autre mobile, ainsi qu’une interaction entre ces masses. L’écran de gravure est donc un tapis de masses mobiles et les interactions entre les points de l’écran simulent donc des comportements variés d’un milieu sur lequel une marque vient laisser une trace dynamique. Une couleur du pixel correspondant est attribuée en fonction de la hauteur de la masse. Ainsi, chaque pixel devient sensible, puisqu’il possède virtuellement une masse. Le titre, et même le travail en lui même, rendent manifeste leur processus de création.

Sillam Kévin, Lesbats Mélanie, Et .. Ondes Particules, Gravure dynamique, 7m x 2,70 m, juin 2010, extrait d’un modèle dynamique. Photographies de l’installation, E.E.S.I, Poitiers
Sillam Kévin, Lesbats Mélanie, Et .. Ondes Particules, Gravure dynamique, 7m x 2,70 m, juin 2010, extrait d’un modèle dynamique. Photographies de l’installation, E.E.S.I, Poitiers