2012

Responsable : Annie Luciani
Intervenants : Maria Christou (doctorante), Amel Achour Benallegue (Master AST), Lynda Slama (Master AST)

Contexte et objectifs

Après l’introduction des interactions complexes (fonctions non linéaires, plasticité, frottement sec), une étape importante a été franchie concernant la réimplantation, de manière générique et modulaire dans la librairie MIMESIS, de tous les modèles développés aux cours des différents travaux de thèses antérieurs à l’aide d’algorithmes dédiés (plasticité, frottements secs, véhicule sur sable, fluides, matériaux granulaires, foules dans les travaux de S. Jimenez - thèse 1993, B. Chanclou - thèse 1996), et le développement de nouveaux modèles. Ces modèles font désormais partie de l’environnement standard de pédagogie et de création. Cette réécriture a servi à valider les nouveaux algorithmes d’interactions non linéaires : attraction et répulsion à seuils multiples, plasticité, frottement sec, cohésions avec fractures irréversibles. Ces modèles ont fait partie de la thèse de Matthieu Evrard soutenue en septembre 2009. La thèse de Ali Allaoui, soutenue en 2010, a permis d’introduire pour la première fois les modules de contrôle de paramètres testés sur des modèles. La thèse de Maria Christou explore les relations personne-environnement dans le monde virtuel interactif. Enfin, la thèse de Kevin Sillam, qui s’est terminée en décembre 2011, a permis de reconcevoir le procédé « écran d’épingles » et a débouché sur la création de 50 modèles présentant les diverses possibilités de cette méthode générique de mise en image d’un mouvement. Le stage de Master de Amel Achour Benallegue quant à lui a permis d’amorcer des analyses en sciences cognitives sur la relation forme-mouvement.