l'acroe et le laboratoire ICA

artwork_danielbarthelemy

SUITE À UN PROBLÈME INFORMATIQUE, NOTRE SITE INTERNET N'A PAS ÉTÉ ACCESSIBLE PENDANT PLUSIEURS JOURS. TOUTES NOS EXCUSES. LE VOICI À NOUVEAU EN LIGNE (les autres sites seront bientôt accessibles) :-)

Les technologies de l’information et de la communication et le numérique ont introduit de puissants outils matériels et conceptuels pour la création artistique et ouvert à l’art de nouvelles dimensions fondamentales d’exploration.

L’invention de nouveaux outils, la mutation des modes de représentation et de communication de la connaissance ainsi que des modes d’action et de perception modifient profondément la nature, la forme, les contenus des œuvres, les façons de les diffuser et de les partager. Mais plus encore, ce sont les processus de leur création et le déploiement de la créativité elle-même qui se transforment. Il est alors nécessaire de reposer le problème de la création artistique dans toutes ses dimensions, sur le lieu même où la prise en charge des processus technologiques est simultanée de l’intention de création et d’expression artistiques.

L’ingénieur, le chercheur et l’artiste doivent alors y être impliqués ensemble. Et parce que les nouvelles technologies ouvrent justement de telles perspectives, l’invention technologique, la découverte scientifique, la création artistique doivent pouvoir se fondre dans un même creuset, au sein d’un même atelier.

 

« Digital Creativity »
Déclaration de politique de l’ACROE, Assemblée générale, 2 juin 2017,
par Claude Cadoz, Président de l’ACROE

"L’art est consubstantiel à l’humain (au moins depuis Néandertal),
de chaque humain et de l’humain en société…
il le constitue tout autant que la technologique et la science,
ce qui légitime pleinement ce rapprochement emblématique et très actuel de l’art, de la science et de la technologie.

Mais cette formulation est faible, et désolante de banalité…
Car elle pose les termes de manière, je dirais… passive.
Il y manque la dynamique même, qui est celle de la création,

Je reformule donc :
La création artistique est partie constituante de l’humain,
de chaque humain et de l’humain en société,
elle le constitue tout autant que la
création technologique, la création scientifique (c’est-à-dire la création et le partage de la connaissance),
la création et la mutualisation des conditions matérielles de son évolution, de son développement et de sa propre création.

Mais je vais encore un peu plus loin.
Parler de « la création » reste encore passif, comme si la création était une chose en soi, finalement comme ses œuvres une fois créées.
Il est plus fondamental de parler de ce qui met la création en puissance, puis en activité – Je parlerai alors de la créativité.

Mais cela ne suffit toujours pas parce que,
certes, dans la créativité est le potentiel de l’activité de création,
et donc des œuvres, et donc de leur partage…
mais la créativité est, en elle-même quelque chose qui peut être,

ou ne pas être,
mais surtout qui peut naître, dont on peut favoriser la naissance
(de même d’ailleurs que l’on peut l’empêcher…
par volonté négative, ou simplement par ignorance ou par passivité, ou même par inadvertance).

La créativité est ainsi quelque chose que l’on peut cultiver, développer, amplifier, éduquer.

• Mais il manque encore un lien essentiel, le lien systémique :
l’art, la science, la technologie,
les moyens de développement, de transformation, de communication, de partage et de mutualisation…
se
co-développent.

Je vais reprendre maintenant des éléments de textes que nous avons rédigés en plusieurs occasions,
par exemple …

… pour notre contribution au rapport AST produit sous la direction de jean-Claude Risset, pour le ministère de l’éducation nationale, de la recherche et de l’enseignement supérieur en 1998,
… dans l’entête de notre projet ANR « créativité instrumentale », en 2012,
… ainsi que dans l’entête du master art-science-tchnologie que nous avons créé à l’Institut Polytechnique de grenoble.

« Les grandes mutations technologiques en cours depuis la seconde moitié du XXème siècle, et en particulier celles du numérique, de la supra-conductivité communicationnelle, avec Internet, et des grandes masses de données, ont ouvert des perspectives fondamentales, et fondamentalement nouvelles dans le champ artistique,… elles ont introduit de puissants outils matériels et conceptuels pour…
…l’analyse,…
…l’expérience,…

la création, le partage, la transmission,

mais elles ont profondément transformé non seulement
la nature, les contenus, les formes et les conditions de réception des œuvres,…
mais également les conditions du processus de leur création lui-même,
tant au niveau individuel que collectif.

Avec les nouvelles technologies, la notion d’outil de création prend un sens très général,
mais, de plus, un phénomène sans précédent se produit, dont il convient de prendre conscience, dans toute sa portée :

>> l’outil de création informatique, tout en offrant des terrains vierges pour l’exercice du processus de création,
étant dans le même temps, par essence, un outil d’objectivation et de partage,
rend possible l’objectivation du processus de création lui-même, et, de là son analyse et sa compréhension, la transmission de cette compréhension.

>> à la faveur du formidable développement des technologies contemporaines, le processus de création peut alors devenir l’objet d’un apprentissage, d’un partage, d’une éducation, de… créativité de la société dans et par elle-même."